Erich Dörner  (v1899 – >1966)

au Neues Stadttheater de Teplitz-Schönau en 1927-28

Erich Dörner était un chanteur et acteur d’opérette, né en Autriche-Hongrie peu avant 1900. Il fit ses débuts sur scène au Stadttheater de Bielitz en Silésie (aujourd’hui Bielsko en Pologne) en 1920-21. Il poursuivit sa carrière de Tenor buffo au Kaiser Jubiläums Theater de Baden bei Wien jusqu’en 1926, puis au Landestheater de Linz (1926-27). Engagé par Karl Ettinger au Neues Stadttheater de Teplitz-Schönau pour la saison 1927-28, il y parut notamment dans Miss Chocolate (avec le compositeur, B.Grün, dirigeant l’orchestre), dans Die tolle Komtesse (Kollo) ou dans Die goldene Meisterin (Eysler). Par la suite, Erich Dörner fut engagé par Karl Richter (Richter-Bühnen) à Hambourg  (1928-29) avant de devenir pour six saisons le ténor buffo du Deutsches Theater à Prague (1930-1936) où il acquit une forte notoriété dans des opérettes d’Emmerich Kalman, comme Die Csardafürstin, Die Zirkusprinzessin ou Gräfin Mariza où il jouait le valet Penizek. Eunsuite, Erich Dörner se rendit à Vienne, toujours capitale de l’opérette, où il fut engagé au Theater an der Wien, y participant notamment à la création, en septembre 1936, de Axel an der Himmelstür (Benatzky) dans le rôle du coiffeur Theodor Herlinger. Demeuré à Vienne après l’Anschluss, il y chanta et joua dans de petits théâtre: Theater in der Praterstasse (1939-1941) puis Theater in der Totenturmstrasse (1941-1943) avant d’être engagé au Wiener Bürgertheater (1943-44). Après guerre, Erich Dörner enregistra beaucoup à la radio de Vienne, avec le Grosses Wiener Rundfunkorchester, notamment Der Tapfere Soldat (O.Straus) avec Hilde Rössel-Majdan, Die Blume von Hawaï (Abraham) ou Zigeunerliebe (Lehar) où il chantait Mihaly. Il se lança aussi dans une carrière cinématographique, paraissant dans 17 films de 1947 à 1957, dans de petits rôles parfois chantant: Lorenz Zöchmoar dans Die Glücksmühle en 1947, Magerl dans Der Leberfleck, Seidl dans Der himmlische Walzer et une apparition dans Der Herr Kanzleirat en 1948, régisseur dans Höllische Liebe et ministre de la police dans Märchen vom Glück en 1949, Max Gruber dans Frühling auf dem Eis et des apparitions dans Stadtpark et Der fidele Bauer en 1951, ou encore le professeur Köhler dans Die Wirtin von Maria Wörth (1952), le vétérinaire Krallitschek dans Kaiserwalzer (1953) des apparitions dans Die Perle von Tokay (1954), dans Konprinz Rudolf letzte Liebe (1956) ou dans Der König der Bernina (1957). Par la suite, Erich Dörner parut encore dans des séries ou films pour la télévision, la dernière fois en 1965.

Les commentaires sont fermés.